Présentation
 

 

Objectif météorites.

Dans le dernier numéro d'Okapi, je t'ai présenté Proba, un satellite qui vous nous aider, moi et mes amis, à dresser une carte des micrométéorites. Tu es prêt à décoller ? 3, 2, 1 …

Le lancement de Proba eu lieu de 22 octobre dernier depuis la base de Shriharikota, une île près de Madras, en Inde. Ce pays est capable d'envoyer une fusée dans l'espace à des prix défiant toute concurrence. Le problème, c'est que l'Inde, c'est loin de la Belgique, où nous habitons. Faute de sponsors, nous n'avons donc pas pu assister au lancement. Et par malchance, la liaison qui nous aurait permis de suivre l'événement à la télé n'a pas fonctionné. Mais le lancement s'est très bien passé. Au moment où tu liras ton Okapi, notre satellite sera quelque part au-dessus de ta tête et tournera ainsi pendant deux ans au moins. Dans quelques semaines, nous devrions recevoir les premières données. Selon les spécialistes, il tomberait entre 100 et 200 000 tonnes de météorites sur Terre chaque année. La plus grosse jamais retrouvée pèse 60 tonnes. Mais la grande majorité de ces objets extraterrestres ont un poids inférieur au gramme et une taille qui ne dépasse pas le dixième de millimètre. Quand leur route croise celle de notre planète, ils tombent en pluie, laissant parfois une traînée lumineuse dans leur sillage : on les appelle alors des " étoiles filantes ".

Poubelle de l'espace.
Vu leur taille, ces micrométéorites ne sont pas faciles à retrouver. Sauf si nous parvenons à repérer leurs points d'impact les plus fréquents sur Terre. Les scientifiques pourront alors aller les récolter. Pour mener l'étude, nous allons utiliser un appareil appelé Debie, une sorte de " poubelle spatiale " : il ramasse toutes les poussières et débris qui croisent sa route. L'instrument comprend deux détecteurs posés sur deux faces du satellite. A chaque fois qu'une particule de matière vient se crasher sur l'un des détecteurs, un analyseur calcule sa masse, sa vitesse et sa direction. Pour nous, c'est très intéressant, parce que si l'on sait d'où vient un objet spatial, on peut en déduire où il aurait atterri s'il avait poursuivit sa course vers la Terre. En étudiant toutes les données collectées par Debie, nous pourrons dresser une carte des régions les plus touchées par les micrométéorites. Les informations récoltées seront traitées par les ingénieurs de la station au sol de Redu, en Belgique. Cette base, nous avons eu la chance de la visiter en mars dernier. Dans la salle de contrôle, des ordinateurs connectés à une antenne parabolique permettront de suivre à la trace le satellite Proba. Ce dernier, déposé à 600 Km au-dessus de nos têtes, tourne autour de la Terre en passant par les pôles, sans changer son orientation par rapport au soleil. Comme notre planète tourne sur elle-même, Proba survole une nouvelle bande de terrain toujours à la même heure solaire, ce qui permet de mieux comparer les observations.

Grand mystère.
L'étude des micrométéorites devrait fournir de précieux renseignements sur la formation de notre système solaire. En effet, ces petites poussières tombées du ciel, vieilles de 4.5 milliard d'années, sont les derniers vestiges de cette matière primitive qui a formé notre Terre. Si cette mission est une réussite, elle aidera peut-être à résoudre l'un des grands mystères de l'Univers. Après tout, on peut toujours rêver…

Antoine d'Abbundo



 

 

Présentation | Résultats | Contacts | Forum | Sponsors | Liens
 
Hébergé par Astropof inc.